mercredi 12 décembre 2018

Message de Noël 2018 de Sabeel


Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. La souveraineté est sur ses épaules. On proclame son nom : Merveilleux Conseiller, Dieu Fort, Père à jamais, Prince de la paix.


Message de Noël 2018 de Sabeel

“Soyez sans crainte, car voici, je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple…” (Luc 2.10)

Méditation pour le 3ème dimanche de l'Avent


Un nouvel espoir pour la Palestine
Dans le monde actuel, douloureux et sanglant, notre monde arabe en particulier souffre de désespoir et d’aliénation, alors qu’il poursuit des actions qui le font passer d’une logique à une autre : de la logique de paix à une logique de guerre, de la logique du débat à une logique de tuerie et de destruction. Les chrétiens palestiniens ne sont pas à l’écart de ces conditions de vie difficiles. Ils sont même plutôt au cœur de cette atmosphère politique difficile et dangereuse qui ne favorise pas une vie d’espérance, mais marginalise l’humanité et emplit les cœurs de frustrations, ce qui mène à la guerre plutôt qu’à la paix et donne la priorité aux intérêts personnels sur l’intérêt général.
Cette réalité douloureuse demande que chaque chrétien croyant en Dieu, en la vertu et en toutes les formes de liberté, de justice et de paix, réfléchisse et se demande : Pourquoi la guerre ? Quel est l’objectif qui se cache derrière ? Où est le discours d’amour qui devrait l’emporter ? Où est l’espérance ? Quel est le sens de l’espérance ? Y a-t-il de l’espérance ? Et y a-t-il encore un lieu où l’espérance puisse survivre sous l’occupation et dans la confrontation du fort avec le faible ? Et est-ce que cela a encore un sens de mettre notre espérance en un Dieu qui n’est pas soumis aux actions du monde ? Est-ce que l’espérance n’est devenue qu’une caractéristique des faibles ?

Vague de prière pour le jeudi 13 décembre 2018


Des milliers de gens ont assisté le samedi 1er décembre à la cérémonie annuelle d’illumination de l’arbre de Noël sur la Place de la Mangeoire à Bethléem.
Seigneur Jésus, la lumière de l’arbre de Noël reflète notre joie en ce temps où nous nous souvenons comment Tu es venu sur terre pour apporter la lumière dans nos vies. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière” (Is. 9.1) Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Au moins 25 Palestiniens ont été blessés par des tirs à balles réelles lors des manifestations hebdomadaires de ‘La Grande Marche du Retour’ le vendredi 7 décembre le long de la frontière entre Israël et Gaza.
Seigneur, nous Te prions pour ceux qui ont été blessés à Gaza cette semaine, ainsi que pour les milliers d’autres Gazaouis qui ont été victimes de blessures au cours de ces manifestations. Nous prions pour qu’il puisse y avoir bientôt une avancée dans les pourparlers de paix et pour que le blocus de Gaza soit levé. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 5 décembre 2018

Méditation pour le 2ème dimanche de l'Avent


Le sens profond de Noël et notre manière de le vivre


Nous nous préparons à célébrer la gloire de Noël. Nos Églises célèbrent la naissance du Sauveur venu dans le monde pour répandre les valeurs de l’amour, de notre commune humanité, de la grâce et de la paix.

Le Christ ne s’est pas incarné dans ce monde simplement pour établir une communauté religieuse. Il est venu pour appeler l’humanité entière à l’amour, car Dieu est amour et si l’amour disparaît de notre vie, nous perdons nos vraies valeurs chrétiennes.

Noël n’est pas un événement religieux juste fait pour illuminer des arbres et décorer rues et  maisons. Noël ne peut pas être réduit aux décorations, cadeaux et lumières allumées de-ci, de-là. La vraie illumination de cette fête est la vertu que nous pratiquons dans notre vie spirituelle. Voilà comment nous célébrons Noël réellement.

Alors que beaucoup réduisent la fête à une simple célébration qui tient du spectacle, la fête devrait être accompagnée par l’expression concrète des vertus d’amour et de compassion envers nos frères et sœurs, particulièrement envers ceux qui sont tourmentés, opprimés et emprisonnés, ceux qui souffrent de l’injustice, de la persécution et de la tyrannie.

Vague de prière pour le jeudi 6 décembre 2018


Vague de prière pour le jeudi 6 décembre 2018
Au moins dix-huit Palestiniens ont été blessés par les forces israéliennes lors du 36ème vendredi de La Grande Marche du Retour. Les soldats de larmée doccupation israélienne ont à nouveau utilisé des balles réelles et des grenades lacrymogènes contre les manifestants à la frontière de Gaza.
Seigneur, nous Te prions pour tous ces manifestants qui ont été blessés au cours de la manifestation de la semaine passée à Gaza. Nous continuons à Te prier pour que les manifestants puissent rester fermes dans leur engagement non-violent pour obtenir ce qu’ils demandent. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Le gouverneur palestinien de Jérusalem, Adnan Ghaith, a été mis en détention à la suite d’un raid des forces israéliennes sur sa maison à Silwan. Sa détention, tout comme celle de bien d’autres Palestiniens, fait manifestement partie d’une campagne visant les dirigeants palestiniens.
Seigneur, nous Te prions pour tous les prisonniers politiques. Nous Te prions pour que cesse cette campagne visant à affaiblir ceux qui exercent une autorité en Palestine. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 28 novembre 2018

Méditation pour le début de l'Avent


De Bethléem, un message pour Noël 2018
L’ange dit aux bergers : « Je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur qui est le Christ Seigneur. »
(Luc 2, 10-11)
Le Christ est né à Bethléem. Depuis deux mille ans, des prières et des chants de Noël ont résonné à Bethléem, et chaque année la joie est renouvelée dans le cœur des gens. Aujourd’hui, en 2018, Bethléem célèbre encore cet événement, glorifie Dieu, prie et se réjouit. Cependant, cette joie n’est pas entière. Il n’y a pas de joie dans le cœur des gens, dans la ville et dans les camps de réfugiés qui l’entourent, parce que la ville n’a pas droit à sa dignité et à sa liberté, et qu’elle est coupée de Jérusalem par le mur de séparation, Jérusalem, la ville de leur foi et de leurs prières, leur capitale spirituelle et politique.
De nos jours, à Noël, les chrétiens de Jérusalem se tournent vers Dieu : « Regarde et vois, depuis le ciel » (Isaïe 63,15), et lui demandent d’avoir pitié.