Vague de prière pour le jeudi 22 février 2024

La semaine dernière, le mercredi des Cendres marquait le début du Carême. Au long des semaines à venir, de nombreux chrétiens partout dans le monde vont vivre des périodes de jeûne et se prendre du temps pour méditer, prier et lire les Écritures chaque jour. Toutes sortes d’initiatives auront à cœur de ne pas oublier Gaza dans leurs réflexions et leurs méditations. Citons parmi elles l’initiative « Luttes et Lamentations » organisée par le Centre Kairos et les Amis de Sabeel en Amérique du Nord, la « Freedom Church of the Poor », les « Black Christians for Palestine », « Faith for Black Lives », le Conseil national des Églises aux États-Unis et bien d’autres grandes organisations et mouvements.

Dieu Saint, Ta perfection ne révèle pas seulement nos propres péchés, mais aussi les péchés de nos structures et de nos systèmes. Aide-nous, Seigneur, en ce temps de Carême, à nous repentir de nos péchés et à changer d’orientation. Aide-nous, par ton Saint-Esprit, à proclamer à nouveau Ta sainteté en mettant fin à toute oppression et en libérant ce monde des chaînes du péché. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Ces dernières semaines, tous les regards étaient tournés vers Rafah et l’hôpital Nasser de Gaza. À Rafah, les déplacements massifs de populations se poursuivent alors que l'armée israélienne y multiplie les raids aériens et les tirs d'artillerie. Beaucoup craignent une opération terrestre sur cette ville du sud de la bande de Gaza, qui avait auparavant été qualifiée de « zone sûre ». Et à l’hôpital Nasser de Gaza, tous sont attaqués sans discernement par les forces israéliennes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments, et il en est de même pour ceux qui tentent de fuir loin de l’établissement.

Dieu de la vie, alors que nous sommes témoins de tant de morts et de tant de brutalité, nous venons à toi avec ces paroles du Psalmiste : « Mon Dieu ! Je crie le jour, et tu ne réponds pas ; la nuit, et je n’ai point de repos » (Psaume 22,2). Seigneur, quand nous n’avons aucun contrôle sur les évènements et quand nous éprouvons un sentiment de totale impuissance, rappelle-nous que nous pouvons quand même être Tes témoins. Aide-nous à témoigner que Toi, tu insuffles la Vie, que tu es Vainqueur de la mort, et que tu rétablis la Justice. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Le 14 février, au moins 10 personnes ont été tuées par des frappes aériennes israéliennes sur des villages du Sud-Liban, et 6 d’entre elles étaient des enfants. Par ailleurs, l’Iran a lancé des attaques en Syrie et en Irak après que des membres de ses forces d’élite eurent été tués à Damas, apparemment lors d’attaques israéliennes. Et au Yémen les États-Unis et le Royaume-Uni ont mené plusieurs attaques contre les Houthis. Les experts nous préviennent que s’il n’y a pas un cessez-le-feu immédiat, il faut s’attendre à de nouvelles escalades de violence sur toute la région.

Dieu de paix, les Empires, les États et les armées de ce monde se font valoir par la violence et de fausses informations. Alors que nous proclamons que Toi tu es le « Prince de la paix », aide-nous à œuvrer pour un cessez-le-feu immédiat et l’arrêt des bombardements et des mensonges dans notre région, et tout particulièrement à Gaza. Aide-nous à interrompre et à mettre fin à la construction de nouvelles colonies, afin que nous puissions tous nous réjouir dans la paix et la justice. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Kairos Palestine : un moment de vérité, 13 février 2024

 Appel pour une intervention internationale urgente : Arrêtez le génocide à Rafah et le déplacement forcé des Palestiniens !

« Dieu, lui, n’a pas fait la mort et il ne prend pas plaisir à la perte des vivants. Car il a créé tous les êtres pour qu’ils subsistent et, dans le monde, les générations sont salutaires ; en elles, il n’y a pas de poison funeste et la domination de l’Hadès ne s’exerce pas sur la terre. (Sagesse, 1 : 13-14)

Malgré la décision de la Cour internationale de Justice selon laquelle il est plausible qu’Israël commette un génocide contre les Palestiniens à Gaza et malgré les mesures provisoires prononcées par le tribunal, notamment l’exigence qu’Israël prenne toutes les mesures en son pouvoir pour épargner la vie des civils – Israël a intensifié sa guerre génocidaire sur la bande de Gaza et prévoit une attaque terrifiante contre Rafah.

Le 9 février 2024, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ordonné à l'armée israélienne de soumettre un plan à son gouvernement pour « évacuer la population » de Rafah avant l’invasion de l'armée.

Outre les 270 000 habitants palestiniens de Rafah, il y a environ 1,5 million de Palestiniens réfugiés dans la ville. Les résidents et les réfugiés vivent dans des conditions désespérées et inhumaines sous les bombardements israéliens continus et l’insuffisance des ressources humanitaires. Ces personnes réfugiées se sont déplacées de Gaza vers Rafah suivant les instructions de l'armée israélienne qui a désigné Rafah comme zone de sécurité pour les civils. Mais les Palestiniens n’y connaissent aucune sécurité suite aux bombardements intensifs israéliens ciblant les civils et les infrastructures civiles.

Il n’y a aucun endroit sûr à Gaza !

Vague de prière pour le jeudi 15 février 2024

Pour beaucoup de chrétiens partout dans le monde, ce 14 février est le mercredi des Cendres, le jour qui marque le début du Carême et qui est traditionnellement observé par un jeûne et l'abstinence de viande et d'autres produits d'origine animale. Le mercredi des Cendres tire son nom de la pratique de déposer des cendres sur le front des fidèles avec les paroles : « Car tu es poussière et tu retourneras à la poussière ». Le Carême est un temps de pénitence qui débouche sur la grande célébration de la fête de Pâques.

Ô Christ crucifié, cette période de jeûne et de pénitence nous rappelle plus que jamais que nous sommes des êtres mortels. Quand nous allons jeûner, souvenons-nous de ceux qui, à Gaza, meurent de faim. Quand nous déposons des cendres sur notre front, souvenons-nous des Palestiniens que les bombes transforment en poussière. Seigneur, aide-nous à comprendre le message du mercredi des Cendres, qui nous encourage à ne pas être désespérés par la mort, mais à attendre la mort du désespoir et de toute souffrance. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

La semaine dernière, un convoi de camions qui devait faire entrer de la nourriture dans la bande de Gaza a été touché par des tirs israéliens, selon M. Thomas Blanc, directeur de l'UNRWA, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine. De plus, l’OCHA, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, a indiqué qu’en janvier 66% des missions humanitaires prévues pour distribuer de la nourriture, de l’eau et une aide médicale à l’intérieur de la bande de Gaza ont été refoulées par les autorités israéliennes.

Dieu de bonté, nous avons la ferme conviction que tu entends les cris des opprimés et que tu vois les mauvaises actions de l'oppresseur. Nous prions pour que tous ceux qui vivent dans le besoin à Gaza puissent recevoir leur pain quotidien grâce aux camions qui transportent une aide pour eux, et qu’ils puissent connaître la fin de leur oppression. Nous interpellons tous ceux qui commettent et qui favorisent l’injustice en leur disant : « Fuis le mal et fais le bien, recherche la paix et poursuis-la » (Psaume 34,15). Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Le 4 février, le jeune Ibrahim Hashash, âgé de 4 ans, a été mutilé par un chien de l’armée israélienne lors d'une incursion de celle-ci dans le camp de réfugiés de Balata à Naplouse. Le chien avait été lâché dans la maison de la famille Hashash et y a violemment attaqué Ibrahim, le mordant à plusieurs reprises et le laissant grièvement blessé.

Dieu de protection, nous te remettons le jeune Ibrahim Hashash qui est en train de se rétablir à l'hôpital. Guéris les blessures qu’il a reçues des morsures de l’occupation israélienne. Seigneur, sauve-nous de la brutalité du colonialisme qui s'attaque à tous, aux jeunes comme aux vieux. Aide-nous à parler et à agir de manière prophétique contre le mal que nous voyons, et à témoigner de Ton amour. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.