mardi 25 décembre 2018

‟Espérer là où il n’y a pas d’espoir”


Déclaration du congrès du 9ème anniversaire de Kairos Palestine
Espérer là où il n’y a pas d’espoir”

Et celui qui siège sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Puis il dit : Écris : ces paroles sont certaines et véridiques. (Apocalypse 21.5)
            Les 6 et 7 décembre 2018, plus de 300 personnes se sont réunies à Bethléem : des dirigeants d’Églises et d’organisations chrétiennes palestiniennes, des leaders de Kairos Palestine, des croyants, des représentants de la société civile palestinienne, et une centaine de chrétiens venus d’ailleurs dans le monde et représentant le mouvement mondial Kairos pour la Justice et diverses organisations d’Églises. Nous avons adopté comme lignes directrices pour une action commune les attitudes suivantes listées dans la Lettre ouverte de la NCCOP (Coalition nationale d’organisations chrétiennes de Palestine) de juin 2017 :

Vague de prière pour le jeudi 27 décembre 2018


La Grande Marche du Retour’ s’est poursuivie dans sa 39ème semaine. Quatre Palestiniens ont été tués par les tirs des forces israéliennes à la frontière orientale de Gaza, parmi eux Muhammad Mouïn al-Jahjouh, âgé de 16 ans. Plus de 40 Palestiniens ont été blessés.
Seigneur, nous Te prions pour les familles qui pleurent la perte d’un des leurs. Nous continuons à Te prier pour la sécurité des manifestants et pour qu’ils continuent à employer des moyens non-violents pour obtenir la satisfaction de leurs demandes légitimes. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
La photo de manifestants palestiniens prise le 16 avril 2018 sur la frontière de Gaza par Mohammed Salem, un photographe de l’agence Reuter, est l’une des nombreuses images remarquables que comporte la collection ‘Photos du conflit israélo-palestinien en 2018’.
Seigneur, nous Te prions pour que l’imagination, la passion et l’énergie des journalistes palestiniens continue à sensibiliser à l’épreuve des Palestiniens. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 19 décembre 2018

Message pour le jour de Noël


Nouvel espoir dans un Orient nouveau

Chaque bébé qui naît représente un nouveau commencement, le commencement d’une nouvelle vie. La naissance d’un bébé est un signe de la part de Dieu : qu’il n’en a pas encore assez de nous, qu’il croit encore en nous et nous accorde ses bienfaits malgré nos péchés et nos faiblesses. La naissance de Jésus-Christ est un nouveau commencement et un nouvel espoir, pas seulement pour une famille ou un peuple, mais pour l’humanité toute entière. Dans un monde dominé par l’oppression et la violence, nous avons un besoin urgent de contempler la lumière à venir, la lumière de la justice et de la paix. Dans un monde dominé par les puissances des ténèbres, des puissances invisibles contrôlent le destin des nations en accaparant l’argent sous couvert d’économie de marché libre. Nous avons besoin de lumière pour contrer l’obscurité et annoncer l’arrivée d’une aube nouvelle. « La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont point comprise » (Jean 1, 5).

Méditation pour le 4ème dimanche de l'Avent


Une lumière dans les ténèbres
(Méditation de Nora Carmi, chrétienne palestinienne engagée, pour le 4ème dimanche de l’Avent)
Le doute n’est pas permis : la naissance de Jésus-Christ dans une banale petite ville marqua un tournant dans l’histoire, un « Kairos » qui allait engendrer des changements inimaginables dans le monde. Pour les croyants ayant accepté cette Incarnation comme l’expression de l’amour sans limite de Dieu pour l’humanité, le petit enfant né dans une pauvre mangeoire allait être « une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple ». Il allait amener « sur la terre la paix pour les hommes », les êtres humains, tout en rendant « gloire à Dieu au plus haut des cieux », comme annoncé par les anges aux bergers qui veillaient sur leurs troupeaux (Luc 2.10-14).
Pour les Palestiniens de souche nés à Bethléem ou à Beit Sahour où s’est déroulé ce merveilleux événement, l’Incarnation évoque un lieu réel et tangible de leur ville natale. C’est là qu’ils ont leurs racines et leur patrimoine. En même temps, Bethléem et Beit Sahour sont au centre de la foi de tous les croyants, une preuve de la relation de Dieu avec l’humanité toute entière. Les myriades de pèlerins et de touristes qui affluent dans la région, même après des milliers d’années, ces disciples de Jésus, chrétiens de toutes sortes de dénominations, sont peut-être à la recherche de réponses qui pourraient les conduire à un renouvellement de leur foi et à une confirmation de celle-ci. Pour tous cependant, la question essentielle est : « Pourquoi la paix ne règne-t-elle toujours pas sur cette terre d’où le message d’amour a été proclamé au monde entier ? »

Vague de prière pour le jeudi 20 décembre 2018


Nous allons prier avec les paroles de l’Évangile relatant la naissance de Jésus, notre Sauveur :
L’ange Gabriel s’adressa à Marie et lui dit ‘Voici, tu vas être enceinte, tu mettras au monde un fils et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut’ (Luc 1.31-32a).
Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
La restauration historique de l’église de la Nativité soulève l’enthousiasme dans la ville de Bethléem, lieu de naissance de notre Seigneur Jésus. En 2012, l’église avait été déclarée site du patrimoine mondial. En 2013, la restauration avait commencé avec le travail de spécialistes italiens sur la structure de l’édifice et les mosaïques des murs et du sol. Les travaux devraient arriver à leur terme à la fin de l’année prochaine.
Marie dit ‘Je suis la servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole’ (Luc 1.38).
Seigneur, en nous rappelant la naissance de notre Sauveur à Bethléem, nous pensons à tous les enfants palestiniens nés dans les camps de réfugiés des territoires occupés. Nous Te prions pour qu’ils aient de l’espoir et un avenir grâce à une paix juste et équitable avec Israël. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 12 décembre 2018

Message de Noël 2018 de Sabeel


Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. La souveraineté est sur ses épaules. On proclame son nom : Merveilleux Conseiller, Dieu Fort, Père à jamais, Prince de la paix.


Message de Noël 2018 de Sabeel

“Soyez sans crainte, car voici, je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple…” (Luc 2.10)

Méditation pour le 3ème dimanche de l'Avent


Un nouvel espoir pour la Palestine
Dans le monde actuel, douloureux et sanglant, notre monde arabe en particulier souffre de désespoir et d’aliénation, alors qu’il poursuit des actions qui le font passer d’une logique à une autre : de la logique de paix à une logique de guerre, de la logique du débat à une logique de tuerie et de destruction. Les chrétiens palestiniens ne sont pas à l’écart de ces conditions de vie difficiles. Ils sont même plutôt au cœur de cette atmosphère politique difficile et dangereuse qui ne favorise pas une vie d’espérance, mais marginalise l’humanité et emplit les cœurs de frustrations, ce qui mène à la guerre plutôt qu’à la paix et donne la priorité aux intérêts personnels sur l’intérêt général.
Cette réalité douloureuse demande que chaque chrétien croyant en Dieu, en la vertu et en toutes les formes de liberté, de justice et de paix, réfléchisse et se demande : Pourquoi la guerre ? Quel est l’objectif qui se cache derrière ? Où est le discours d’amour qui devrait l’emporter ? Où est l’espérance ? Quel est le sens de l’espérance ? Y a-t-il de l’espérance ? Et y a-t-il encore un lieu où l’espérance puisse survivre sous l’occupation et dans la confrontation du fort avec le faible ? Et est-ce que cela a encore un sens de mettre notre espérance en un Dieu qui n’est pas soumis aux actions du monde ? Est-ce que l’espérance n’est devenue qu’une caractéristique des faibles ?

Vague de prière pour le jeudi 13 décembre 2018


Des milliers de gens ont assisté le samedi 1er décembre à la cérémonie annuelle d’illumination de l’arbre de Noël sur la Place de la Mangeoire à Bethléem.
Seigneur Jésus, la lumière de l’arbre de Noël reflète notre joie en ce temps où nous nous souvenons comment Tu es venu sur terre pour apporter la lumière dans nos vies. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière” (Is. 9.1) Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Au moins 25 Palestiniens ont été blessés par des tirs à balles réelles lors des manifestations hebdomadaires de ‘La Grande Marche du Retour’ le vendredi 7 décembre le long de la frontière entre Israël et Gaza.
Seigneur, nous Te prions pour ceux qui ont été blessés à Gaza cette semaine, ainsi que pour les milliers d’autres Gazaouis qui ont été victimes de blessures au cours de ces manifestations. Nous prions pour qu’il puisse y avoir bientôt une avancée dans les pourparlers de paix et pour que le blocus de Gaza soit levé. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 5 décembre 2018

Méditation pour le 2ème dimanche de l'Avent


Le sens profond de Noël et notre manière de le vivre


Nous nous préparons à célébrer la gloire de Noël. Nos Églises célèbrent la naissance du Sauveur venu dans le monde pour répandre les valeurs de l’amour, de notre commune humanité, de la grâce et de la paix.

Le Christ ne s’est pas incarné dans ce monde simplement pour établir une communauté religieuse. Il est venu pour appeler l’humanité entière à l’amour, car Dieu est amour et si l’amour disparaît de notre vie, nous perdons nos vraies valeurs chrétiennes.

Noël n’est pas un événement religieux juste fait pour illuminer des arbres et décorer rues et  maisons. Noël ne peut pas être réduit aux décorations, cadeaux et lumières allumées de-ci, de-là. La vraie illumination de cette fête est la vertu que nous pratiquons dans notre vie spirituelle. Voilà comment nous célébrons Noël réellement.

Alors que beaucoup réduisent la fête à une simple célébration qui tient du spectacle, la fête devrait être accompagnée par l’expression concrète des vertus d’amour et de compassion envers nos frères et sœurs, particulièrement envers ceux qui sont tourmentés, opprimés et emprisonnés, ceux qui souffrent de l’injustice, de la persécution et de la tyrannie.

Vague de prière pour le jeudi 6 décembre 2018


Vague de prière pour le jeudi 6 décembre 2018
Au moins dix-huit Palestiniens ont été blessés par les forces israéliennes lors du 36ème vendredi de La Grande Marche du Retour. Les soldats de larmée doccupation israélienne ont à nouveau utilisé des balles réelles et des grenades lacrymogènes contre les manifestants à la frontière de Gaza.
Seigneur, nous Te prions pour tous ces manifestants qui ont été blessés au cours de la manifestation de la semaine passée à Gaza. Nous continuons à Te prier pour que les manifestants puissent rester fermes dans leur engagement non-violent pour obtenir ce qu’ils demandent. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Le gouverneur palestinien de Jérusalem, Adnan Ghaith, a été mis en détention à la suite d’un raid des forces israéliennes sur sa maison à Silwan. Sa détention, tout comme celle de bien d’autres Palestiniens, fait manifestement partie d’une campagne visant les dirigeants palestiniens.
Seigneur, nous Te prions pour tous les prisonniers politiques. Nous Te prions pour que cesse cette campagne visant à affaiblir ceux qui exercent une autorité en Palestine. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 28 novembre 2018

Méditation pour le début de l'Avent


De Bethléem, un message pour Noël 2018
L’ange dit aux bergers : « Je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur qui est le Christ Seigneur. »
(Luc 2, 10-11)
Le Christ est né à Bethléem. Depuis deux mille ans, des prières et des chants de Noël ont résonné à Bethléem, et chaque année la joie est renouvelée dans le cœur des gens. Aujourd’hui, en 2018, Bethléem célèbre encore cet événement, glorifie Dieu, prie et se réjouit. Cependant, cette joie n’est pas entière. Il n’y a pas de joie dans le cœur des gens, dans la ville et dans les camps de réfugiés qui l’entourent, parce que la ville n’a pas droit à sa dignité et à sa liberté, et qu’elle est coupée de Jérusalem par le mur de séparation, Jérusalem, la ville de leur foi et de leurs prières, leur capitale spirituelle et politique.
De nos jours, à Noël, les chrétiens de Jérusalem se tournent vers Dieu : « Regarde et vois, depuis le ciel » (Isaïe 63,15), et lui demandent d’avoir pitié.

Vague de prière pour le jeudi 29 novembre 2018


Vague de prière pour le jeudi 29 novembre 2018
Quatorze Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens à balles réelles lors du 35ème vendredi de la manifestation de la ‘Grande Marche du Retour’ le long de la frontière Est de la Bande de Gaza.
Seigneur, nous Te prions pour tous ceux qui ont été blessés à Gaza. Nous Te prions pour que les autorités internationales entendent leurs cris d’angoisse et se décident à agir pour rétablir la justice pour la population de Gaza. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Mercredi 21 novembre, des bulldozers israéliens ont démoli vingt boutiques appartenant à des Palestiniens dans le camp de réfugiés de Shoufat dans Jérusalem-Est occupée. La raison donnée à cette démolition était que les boutiques avaient été construites sans permis israéliens, permis qui sont rarement accordés si tant est qu’ils le soient.
Seigneur Jésus, Tu es le Berger de nos âmes et Tu veilles sur elles. Aide-nous, Seigneur, à savoir comment réagir lorsque nous voyons les autorités israéliennes carrément expulser des Palestiniens de Jérusalem-Est occupée. Nous Te prions pour tous ceux dont les moyens d’existence ont été détruits. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 21 novembre 2018


 Vague de prière pour le jeudi 22 novembre 2018

La "Grande Marche du Retour" se poursuit à Gaza. Quarante personnes ont été blessées lors de la manifestation de protestation le long de la frontière entre Israël et la Bande de Gaza, dont dix-huit par des tirs à balles réelles et cinq par des tirs à balles en caoutchouc.
Seigneur, nous continuons à te prier pour les réfugiés palestiniens et leur juste demande de pouvoir revenir sur leurs terres et dans leurs foyers. Puisse la créativité des manifestants pour inventer des moyens de résistance non-violents se poursuivre. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.
Mercredi dernier, 14 novembre, Nawwaf al Attar,  un pêcheur palestinien, a été tué par des tirs des forces d'occupation israéliennes au large des côtes du nord de la Bande de Gaza. Les pêcheurs palestiniens travaillaient à trois milles marins de la côte, conformément aux dispositions prises récemment, quand les forces navales israéliennes ont ouvert le feu et les ont contraints à se rabattre à une distance de un mille marin seulement, où les ressources en poissons ont été épuisées.
Seigneur, nous prions pour les gens de Gaza qui s'efforcent de gagner leur vie et de nourrir leurs familles. Nous te remettons la famille de Nawwaf al Attar qui pleure sa perte. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 14 novembre 2018


Vague de prière pour le jeudi 15 novembre 2018

 

Une unité israélienne de commandos infiltrée à l’intérieur de la Bande de Gaza a tué un dirigeant du Hamas et six autres personnes près de Khan Younès. Israël a lancé des attaques aériennes pour couvrir la retraite des commandos. Un officier israélien a été tué et un autre blessé. L’incursion israélienne et les attaques aériennes ont entraîné des tirs de roquettes à partir de l’enclave contrôlée par le Hamas, créant une menace d’escalade de la violence dans toute la région.
Ô Seigneur, notre berger et notre roc, nous T’adressons nos prières en ce temps de violence à Gaza et autour. Daigne fortifier ceux qui sont engagés  à Gaza en faveur de la non-violence et de la libération de tous ceux qui continuent à souffrir. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Le jeudi 8 novembre 2018, les forces israéliennes ont fait une descente dans une école élémentaire à Khirbet Ibziq dans la vallée du Jourdain, perturbant les classes et détruisant une tente utilisée par les enseignants et les élèves.
Toi le Grand Éducateur, les enfants ont besoin d’éducation pour pouvoir accéder à la vie pleine et abondante que Tu es venu leur apporter. Bénis ceux qui s’efforcent de donner une éducation dans ces conditions extrêmes, pour cette génération et pour les générations futures. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

Vague de prière pour le jeudi 8 novembre 2018


La ‘Grande Marche du Retour’ s’est poursuivie pour la 32ème semaine. Suite à un accord conclu lors de pourparlers menés sous l’égide de l’Égypte, les factions palestiniennes ont convenu de garantir que les manifestations restent pacifiques. Cette décision a fait suite à l’extension par Israël de la zone de pêche autorisée au large de la côte de Gaza et à son accord pour transférer des fonds du Qatar pour les salariés du Hamas.
Seigneur, nous Te prions pour les pourparlers de paix menés par l’Égypte et les Nations Unies, pour qu’ils puissent mener à une fin des souffrances à Gaza. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Jeudi 1er novembre, des bulldozers israéliens ont rasé des terres palestiniennes et déraciné des oliviers dans le district de Tulkarem dans le nord de la Cisjordanie occupée, afin de permettre l’expansion de la colonie illégale d’Avnei Hefetz.
Seigneur, Dieu des armées, nous faisons appel à Toi : « La justice et l’équité sont la base de Ton trône » (Psaume 89.15). Nous Te prions pour que ceux qui font les lois dans le monde puissent s’exprimer en faveur des Palestiniens qui perdent leurs maisons et leurs moyens d’existence sans pouvoir recourir au droit international. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 31 octobre 2018

Vague de prière pour le jeudi 1er novembre 2018



La ‘Grande Marche du Retour’ s’est déroulée ce 31ème vendredi dans un contexte de violence accrue de la part des forces israéliennes et de militants [palestiniens] qui s'étaient mêlés aux protestataires légitimes. Plus de 230 personnes ont été blessées et cinq ont été tuées, dont Nassar Abou Ti, âgé de 19 ans.
Seigneur de la souffrance, nous Te prions pour que toutes les parties s’engagent à respecter les droits humains et pour que la vie de tous soit protégée. Nous Te prions pour qu’une intervention internationale efficace garantisse la justice. Nous Te prions pour une aide humanitaire et pour la reconstruction de ce qui a été détruit. Nous Te prions pour la paix et la justice dans nos foyers et dans les rues de nos villes. Embrasse tous et chacun des membres de ton peuple dans Ton amour. Permets-leur d’entendre : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous donnerai le repos » (Matthieu 11.28). Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Le bilan des crues brutales qui se sont produites près de la rive jordanienne de la Mer Morte s’élève à 20 victimes, avec une majorité d’écoliers du secteur parmi les morts et les blessés. À l’appel de la Jordanie, Israël a envoyé des équipes de secours pour le sauvetage et les soins.
Seigneur, entoure-nous de Ta grâce et de Ta paix au milieu des tempêtes et des tremblements de terre, des incendies et des inondations. Par Ton Esprit, console les familles des enfants et des adultes qui sont morts ou qui ont été blessés, soutiens ceux qui apportent leur aide, et remplis-nous de l’espérance de Ta nouvelle création. Par Toi, notre rocher et notre rédempteur. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 24 octobre 2018



Colloque des Amis de SABEEL-France


Israël dans la Bible et l’État d’Israël aujourd’hui
Des chrétiennes et des chrétiens d’ici et de là-bas s’interrogent

en partenariat avec
l’Institut protestant de théologie - Faculté de théologie de Paris
et L’Atelier protestant

SAMEDI 24 NOVEMBRE 2018 de 9h à 18h

à la Faculté protestante de théologie
83, bd Arago - 75014 PARIS
métro Denfert-Rochereau / St Jacques


Pour en savoir plus et s'inscrire, cliquer sur le lien ci-dessous :

Vague de prière pour le jeudi 25 octobre 2018


La ‘Grande Marche du Retour’ se poursuit le long de la frontière de la Bande de Gaza. Parmi les milliers de gens qui ont légitimement manifesté, cent trente ont été blessés, dont la journaliste Fady Thabet. Israël a fait savoir qu’il projette d’adopter un comportement de ‘tolérance zéro’ en recourant à des tirs à balles réelles sur des manifestants plus éloignés de la frontière.
Seigneur, nous Te prions pour ceux qui prennent position pour la justice et élèvent la voix pour protester légitimement contre l’oppression. Protège ceux qui prennent position pour faire savoir au monde ce qui se passe à Gaza. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Israël a suspendu la démolition du village bédouin de Khan al-Ahmar pour ‘plusieurs semaines’. Cette suspension intervient dans un contexte de violence accrue de la part des forces israéliennes d’occupation qui ont fait usage la semaine dernière de gaz lacrymogène, de gaz poivré et de grenades assourdissantes contre les manifestants locaux et internationaux.
Ô Seigneur, fais que les autorités israéliennes prennent le temps de se rendre compte que ce lieu a été bâti par la sagesse, affermi par l’intelligence et rempli par la connaissance (Proverbes 24.3-4). Accorde la paix aux familles de Khan al-Ahmar et la force à ceux qui prennent leur défense. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

mercredi 17 octobre 2018

Vague de prière pour le jeudi 18 octobre 2018


Ce vendredi, la ‘Grande Marche du Retour’ s’est poursuivie pour le 29ème vendredi consécutif. Au moins 252 personnes manifestant à juste titre, dont 50 enfants, ont été blessées et 7, dont deux adolescents, ont été tuées, par des tirs à balles réelles des forces israéliennes d’occupation. Les manifestants continuent à réclamer leur droit au retour dans leur patrie qu’ils ont été forcés de quitter il y a 70 ans et à protester contre le siège cruel de Gaza.
Ô bon berger, aucun réfugié n’est pour Toi un étranger et personne n’est jamais loin de Ton attention aimante. Nous Te prions pour que Tu veilles sur ceux qui manifestent à juste titre, poursuivant leurs actions pour rentrer chez eux. Nous Te prions de guérir les cœurs des réfugiés qui ont subi une tragédie et un traumatisme inimaginables. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
Ahed Tamimi a effectué un voyage en Europe et en Turquie au cours des dernières semaines. La Palestine est encore pleine de voix prophétiques qui doivent trouver l’occasion de se faire entendre.
Seigneur, apprends-nous à tenir des propos prophétiques lorsque notre monde est déséquilibré,  lorsque les besoins du pauvre sont négligés et que les préoccupations des sans-voix ne sont pas entendues. Apprends-nous à tenir des propos prophétiques lorsque l’espoir fait défaut, lorsque nos meilleurs efforts échouent encore, lorsque se produisent des événements qui semblent absurdes et dépourvus de sens. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

L’État d’Israël est-il assez juif ?


L'intellectuel et poète israélien Almog Behar, professeur de philosophie et de liturgie juive, fondateur du département d'études des cultures judéo-arabe et séfarade à l'Université Ben-Gourion (Beer-sheva) milite pour le renouveau de la culture juive orientale. Ce texte, qu’il a écrit dans la foulée du vote par Israël de la loi État-nation, a été traduit de l’hébreu par Gabriel Abensour pour la page Facebook Israël, regards sionistes de gauche, et publié avec l’autorisation de l’auteur dans le magazine Terre Sainte de septembre-octobre 2018.
Pour moi aussi, l'État d'Israël n'est pas assez juif – dans le sens où il n'est pas suffisamment sensible à l'étranger, à la veuve et à l'orphelin ; dans le sens où il ne restitue pas les terrains lors du Jubilée ; dans le sens où il n'interdit pas l'usure ; dans le sens où il n'est pas plurilingue et où on n'entend pas assez le yiddish, le judéo-arabe ou le ladino. L'Orient continuera à y être un lieu refoulé, caché, nié, moqué, et la culture judéo-arabe restera en exil.

mercredi 10 octobre 2018

Vague de prière pour le jeudi 11 octobre 2018


Alors que la ‘Grande Marche du Retour’ se poursuit pour la 29ème semaine, les forces israéliennes ont continué à tirer à balles réelles contre des manifestants pacifiques, blessant plus de 370 Palestiniens et en tuant trois, dont un garçon de 12 ans. Les forces d’occupation sont une fois de plus entrées dans la bande de Gaza pour raser la terre sur plusieurs mètres au-delà de la clôture. Cette pratique régulière a détruit beaucoup de terres agricoles de la bande de Gaza.
Ô Seigneur, nous Te prions pour les manifestants pacifiques qui continuent à résister à l’occupation israélienne, à ses abus de pouvoir et à la destruction de terres. Nous Te prions en particulier pour les enfants et les jeunes touchés par le conflit au-delà de ce qu’ils peuvent comprendre ou maîtriser. Nous Te prions pour ceux qui ont été tués ou mutilés et pour les familles endeuillées, pour ceux auxquels leur avenir a été arraché, pour ceux dont la vie est sombre, dépourvue de possibilités nouvelles, de liberté de déplacement et d’espérance. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.
On attend de façon imminente la démolition du village bédouin de Khan al-Ahmar après qu’un tribunal israélien a donné aux habitants jusqu’au 1er octobre pour évacuer leurs maisons. Le 2 octobre, des colons israéliens de la colonie illégale de Kfar Adoumin, à l’est de Jérusalem en Palestine occupée, ont pris d’assaut le village et l’ont inondé avec les eaux usées d’une citerne.
Seigneur protecteur, nous Te prions d’étendre Ta main protectrice sur les habitants de Khan al-Ahmar. Sois à leurs côtés et aux côtés de ceux qui assurent une présence protectrice alors qu’ils s’opposent résolument à la menace permanente de démolition par les forces israéliennes, et aux agressions des colons israéliens.  Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière.

jeudi 4 octobre 2018

Antoine SFEIR nous a quittés


La nouvelle de la mort d'Antoine SFEIR à l'âge de soixante-dix ans, suite à une longue maladie, nous est parvenue ce lundi 1er octobre. Dès la fondation de notre association "Les Amis de Sabeel France" en juin 2010, il avait accepté de patronner son développement et ses activités en devenant l'un de ses membres d'honneur.

Chrétien libanais de tradition maronite, il a payé un lourd tribut personnel (captivité, torture) au cours de la guerre qui a déchiré son pays. Devenu journaliste, il s'est installé en France et a beaucoup contribué à mieux faire connaître la culture arabe du Proche-Orient dans toute sa diversité, ainsi que le riche et vivant héritage du christianisme oriental souvent ignoré en Occident. Depuis 1980, il a créé et dirigé la publication de la revue "Les Cahiers de l'Orient". Ses publications lui ont assuré une large notoriété en tant que chrétien arabe et fin connaisseur du monde arabo-musulman. Ses nombreuses interventions à la télévision ont enrichi beaucoup de débats d'actualité. Nombreux sont ceux qui ont pu les apprécier.

Notre association a été honorée de bénéficier du soutien d'Antoine SFEIR et de sa solidarité avec le témoignage des Églises et des chrétiens de Palestine-Israël. Au moment de sa disparition, elle tient à exprimer à ses collaborateurs dans l'œuvre qu'ils poursuivent, comme à tous ses proches, tout à la fois son émotion et sa reconnaissance. Justice, paix, non-violence, vérité, pardon et réconciliation sont autant de voies que les chrétiens orientaux tracent inlassablement dans une région dévastée par les extrémismes identitaires de tous ordres et par des politiques d'accaparement du sol, avec tous les drames et toutes les injustices qui s'en suivent.

Pour les Amis de Sabeel France,
le Président : Ernest Reichert.