mercredi 22 février 2017

Prière pour le jeudi 23 février 2017



Dimanche dernier, au matin, les forces israéliennes d’occupation ont encerclé une école primaire au village bédouin de Khan al-Ahmar en Cisjordanie occupée et ont délivré un ordre de démolition. L’école avait été construite en 2009 avec l’aide de l’ONG italienne Vento Di Terra, en faisant appel à des méthodes écologiques avec l’emploi entre autres de pneus de voitures usés.

Seigneur, nous te prions de donner courage et détermination aux élèves, aux enseignants et au personnel administratif de l’école primaire de Khanal-Ahmar. Nous pensons aux parents des élèves qui n’ont pas d’autre choix que d’envoyer leurs enfants à cette école. Nous te prions, Seigneur, de te tenir aux côtés des gens de bonne volonté qui travaillent jour et nuit pour que l’école soit épargnée et qu’elle ne devienne pas un tas de gravats. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière. 

Une famille palestinienne de 13 personnes s’est trouvée à la rue après avoir été contrainte de démolir elle-même sa maison dans le quartier de Silouan dans la partie occupée de Jérusalem . La famille a démoli sa maison pour obéir à des ordres de la municipalité israélienne de Jérusalem afin d’éviter une sanction extrême. Il est presqu’impossible d’obtenir un permis de construire pour des Palestiniens vivant sous occupation israélienne, obligeant de ce fait la communauté à construire sans permis pour faire acte de résistance.

Seigneur, la population de Ta ville de Jérusalem continue à se voir brimer et harceler par l’occupation israélienne. Nous pensons à la famille de Shweiki et mesurons sa souffrance. Réconforte cette famille au moment où elle se trouve sans abri, non de son fait mais du fait de la politique discriminatoire de l’occupation perverse d’Israël. Seigneur, dans Ta miséricorde, entends notre prière. 

Vendredi dernier, à l’occasion du 12ème anniversaire du mouvement populaire dans le village de Bil’in, des manifestations ont eu lieu dans les villages de Bil’in, de Beit Jala, de Nilin et de Kafr Qaddum, dans les territoires palestiniens occupés. Bil’in est l’un des villages palestiniens les plus dynamiques pour des protestations non-violentes contre la politique d’occupation israélienne.

Seigneur, même dans une situation totalement désespérée, des milliers de gens continuent à résister au pouvoir injuste qui s’impose à eux. Nous remercions les organisations, les dirigeants, les membres de la communauté et leurs soutiens internationaux qui continuent à marcher bravement contre un ennemi qui semble invincible à beaucoup. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.   

Quinze organisations chrétiennes ont adressé, la semaine dernière, une note à tous les membres du Congrès des États-Unis et à l’administration Trump pour demander une politique de promotion de la paix, de la justice et d’égalité entre les Israéliens et les Palestiniens (texte joint).

À l’occasion de la ‟Journée internationale pour la Justice sociale”, nous rendons grâce pour la position prophétique, honnête et courageuse des quinze organisations chrétiennes. Seigneur, puisse cette initiative inciter d’autres Églises et organisations à leur emboiter le pas. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

  Nous unissons nos prières à celles du Conseil œcuménique des Églises pour les populations de la France, de l’Allemagne et de Monaco. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.  



Pour la paix, la justice et l’égalité en Israël et en Palestine

Déclaration d’Églises et d’organisations américaines, le 15 février 2017

En tant qu’Églises et organisations chrétiennes établies aux États-Unis nous exhortons le Congrès et l’administration à agir pour améliorer les perspectives de paix, de justice et d’égalité en Israël et en Palestine, et à éviter les actions qui compromettraient ces perspectives. 

En 2017, cela fait 50 ans que dure l’occupation par Israël de la Cisjordanie et de Gaza et 27 ans qu’ont été signés les Accords d’Oslo. Au cours des 50 dernières années, mais en particulier depuis la signature des Accords d’Oslo en 1993, il y a eu des changements significatifs sur le terrain dans les territoires palestiniens occupés dont l’impact a contrecarré les efforts pour réaliser la paix dans la justice. Les violations des droits humains et du droit international ont continué sans provoquer de réactions, ce qui a permis de nouvelles actions législatives israéliennes. 

Un exemple en est la poursuite et l’accélération de l’expansion des colonies, une pratique condamnée depuis longtemps par les administrations tant républicaine que démocrate, comme une violation par Israël de ses devoirs de puissance occupante définis par la Quatrième Convention de Genève. L’expansion des colonies est un accaparement par la force de biens et de ressources de propriétaires palestiniens, dont beaucoup disposent des titres de propriété légaux de leurs terres depuis des générations.   

-       Les colonies contrôlent actuellement 42% des terres de la Cisjordanie, des territoires qui sont considérées par la communauté internationale et le droit international comme des territoires palestiniens sous occupation israélienne.

-       Depuis 1993 le nombre des colons israéliens en Cisjordanie (sans compter Jérusalem- Est) est passé de 190.000 à plus de 400.000, et le nombre de colons israéliens à Jérusalem s’est accru de 146.800 à plus de 300.000.

-       Plus de 15.000 maisons palestiniennes ont été détruites depuis la signature des Accords d’Oslo, souvent comme résultat du refus des autorités israéliennes d’accorder à des Palestiniens des permis de modification de constructions sur leurs propres terres, démolissant alors toute maison modifiée. 

Ces changements, parmi d’autres, ont conduit des observateurs, des intellectuels, des diplomates et des hommes politiques à déclarer que la possibilité d’une solution à deux États viable est en train de disparaître ou pourrait bien avoir disparu. Dans ce nouveau contexte le besoin fondamental d’égalité des droits demeure. 

Le principe d’égalité est fondamental pour une vraie démocratie comme pour le droit international. Il est nécessaire à l’obtention d’un avenir durable pour les Palestiniens et les Israéliens à la fois. Indépendamment des structures politiques de gouvernement, des possibilités et des droits égaux doivent être assurés à tous dans la région – non pas un jour en pensant à de futures négociations, mais dès aujourd’hui comme un droit humain fondamental. Pourtant la situation actuelle et la trajectoire suivie ne reflètent ni ne valorisent l’égalité, comme le montrent ces quelques faits, parmi d’autres : 

-       la liberté de déplacement des individus d’ascendance palestinienne est entravée, en se fondant sur des critères discriminatoires et particuliers ;

-       les jugements auxquels sont soumis les Palestiniens en Cisjordanie sont rendus par des tribunaux militaires, tandis que les colons israéliens sont jugés par des tribunaux civils ;

-       Un système à deux poids deux mesures de lois, de règlements et de services fonctionne pour les populations des zones de la Cisjordanie sous autorité israélienne, offrant des services, des possibilités et des avantages aux colons juifs tout en imposant de dures conditions  aux Palestiniens.

-       Les paramètres qui déterminent la participation politique en Israël varie selon des critères ethniques ou géographiques : en Cisjordanie, par exemple, les Juifs peuvent voter alors que leurs voisins palestiniens – indépendamment du fait qu’ils vivent en zone A ‟palestinienne” ou en zone C ‟israélienne” – ne sont pas admis à voter.

Ni les Israéliens, ni les Palestiniens, ni ceux d’entre nous qui vivent aux États-Unis ne tireront finalement profit de pratiques qui accroissent l’inégalité et l’injustice. Pour faire face à cette situation intolérable, ceux qui font la politique des États-Unis devraient s’engager clairement à garantir les droits humains fondamentaux en :

-       Poussant le gouvernement israélien à agir immédiatement pour assurer la fin de l’occupation et de toutes les politiques discriminatoires entraînées par l’occupation, dont les démolitions de maisons et la répartition inéquitable des terres et des ressources en eau ;

-       Appliquant systématiquement les processus de contrôle Leahy à tous ceux qui bénéficient d’une assistance des États-Unis en matière de sécurité ;

-       Soutenant et protégeant les droits et les aptitudes des organisations et des défenseurs des droits humains à faire leur travail, et en les faisant participer aux visites de délégations pour entendre leur point de vue ;

-       Exhortant les dirigeants israéliens et palestiniens à soutenir les valeurs de paix, de justice et d’égalité de droits pour tous les gens ; et exhortant les uns et les autres à s’abstenir d’actions qui conduisent à la violence tout en encourageant les initiatives de travail pour la paix, la justice et la réconciliation ;

-       Protégeant les droits des citoyens des États-Unis qui s’efforcent de mener des actions de protestation économique non-violentes pour contester des politiques injustes.


Nos points de vue sur la situation en Israël et en Palestine se fondent sur des décennies et dans bien des cas sur des siècles d’engagement structurel au Moyen Orient. Nous prions avec ferveur pour une solution juste et pacifique du conflit israélo-palestinien et nous espérons travailler avec le Congrès et l’Administration pour soutenir des politiques qui favorisent l’égalité pour tout le monde dans la région. 

American Friends Service Committee

Christian Church (Disciples of Christ)

Church of the Brethren, Office of Public Witness

Conference of Major Superiors of Men

Evangelical Lutheran Church in America

Friends Committee on National Legislation

Global Ministries of the United Church of Christ and Christian Church (Disciples of Christ)

Maryknoll Office for Global Concerns

Mennonite Central Committee U.S.

National Council of Churches of Christ in the USA

Pax Christi International 

Presbyterian Church (USA)

Reformed Church in America

United Church of Christ

United Methodist Church, General Board of Church and Society

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire