mercredi 22 décembre 2010

Prière pour le jeudi 23 décembre

Ø Dimanche, Human Rigts Watch a publié un rapport de 166 pages, “Séparés et inégaux”, qui décrit “le système à deux niveaux de lois, de règles et de services qu’Israël met en œuvre pour les deux populations des secteurs de Cisjordanie qu’il contrôle de façon exclusive. Cela consiste à assurer des services préférentiels, des aménagements et des avantages aux colons juifs tandis que les Palestiniens se voient imposer des conditions sévères.” Il condamne “un tel traitement différent, fondé sur la race, l’ethnie et l’origine nationale et qui n’est pas simplement conçu à des fins de sécurité ou pour d’autres objectifs justifiables” et appelle à des actions pour éviter de soutenir la politique israélienne de colonisation, invitant en particulier les États-Unis à réduire leur aide à Israël d’un montant égal à ce qu’Israël dépense pour les colonies, environ 1,4 milliards de dollars. Prions pour que les cœurs et les esprits soient ouverts à ce rapport et à ses suggestions. http://www.hrw.org/en/news/2010/12/18/israelwest-bank-separate-and-unequal

Ø L’armée israélienne a détruit trois citernes à eau et deux puits antérieurs à 1967 dans le sud de la Cisjordanie sans donner de raisons. Prions pour les villageois et les animaux qui dépendaient de ces puits pour leur eau potable dans une zone où l’eau vivifiante est extrêmement rare et pour que prenne fin cette violence absurde et destructrice.

Ø Prions pour les nombreux pèlerins qui viennent à Bethléem pour Noël, pour que leur soit donnée l’occasion de voir, au-delà des vieilles pierres, les “pierres vivantes”, la population de cette terre qui lutte pour une vie de paix dans la justice.

Ø Comme Noël se fait de plus en plus proche, souvenons-nous de tous ceux qui se rassemblent pour des rencontres et des manifestations culturelles. Rendons grâces pour des groupes tels que Shibat, ou les “cheveux gris”, un orchestre de Noël de rock ‘n roll de six hommes qui apporte aux jeunes et aux vieux en cette période bénie une joie si souvent absente dans les luttes de la vie quotidienne sous occupation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire