mercredi 5 février 2014

Prière pour le jeudi 6 février 2014

Seigneur, nous te remercions pour l’aide apportée aux gens du camp de Yarmouk, mais nous avons conscience de l’immensité des besoins qui restent à satisfaire et nous te demandons de faire en sorte que les secours puissent parvenir à ces gens. Nous te prions aussi pour ceux qui subissent les frappes aériennes à Alep et t’implorons de mettre fin à ces tueries aveugles et impitoyables. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

► Au cours du week-end, près de Ramallah, des colons israéliens ont déraciné plus d’un millier d’oliviers nouvellement plantés, faisant de ce symbole de paix un outil d’oppression. Seigneur, nous t’adressons une prière pressante pour que tu bénisses et protèges les paysans palestiniens, conscients que ces gens qui sont par leur travail si proches de ta création subissent souvent les injustices les plus graves. Daigne leur accorder la faveur de pluies, de fertilité et de joie dans ta nature. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

► Dieu de bonté, en vue de la Journée mondiale du Cancer, mardi, nous nous rassemblons pour prier pour les gens qui, dans le monde, souffrent du cancer. Daigne guérir, soulager et accompagner ceux qui ont perdu des êtres chers et ceux qui sont actuellement éprouvés. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

► Seigneur, nous te prions de bénir tous les programmes de Sabeel pour cette semaine, un programme pour les jeunes à Jérusalem, la retraite de la famille Sabeel de Nazareth à Jenine ce week-end, et les visites à Zababdeh et Burqin. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

► Seigneur, nous te prions en union avec le Conseil œcuménique des Églises pour les populations d’Irlande et du Royaume-Uni : Angleterre, Irlande du Nord, Écosse et Pays de Galles. Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.


Une information importante : la Haute-Cour de Justice israélienne a suspendu la construction du mur de séparation dans la vallée de Crémisan, sur la paroisse de Beit Jala, près de Bethléem.  Le tracé actuellement prévu séparerait le monastère des femmes de celui des hommes, séparerait les monastères des communautés qu’ils servent et séparerait des propriétaires de leurs terres. Le président de la Haute-Cour, en rendant sa décision, a posé la question : n’y avait-il aucun tracé alternatif pour le mur dans cette zone ? J’ai toujours en mémoire cette phrase du Père Ibrahim Shomali, curé de Beit Jala, en introduction de son homélie lors d’une messe célébrée sur le tracé de ce mur et à laquelle j’ai eu la grâce de participer en décembre 2012 : “Nous ne sommes pas ici pour protester mais pour prier, parce que personne ne nous écoute, sauf Dieu.”
Fraternellement, Fred Lucas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire