vendredi 18 mai 2018

KAIROS-PALESTINE, 15 MAI 2018


En écho au message du Patriarcat latin de Jérusalem, ce message de l'association Kairos-Palestine suite aux événements dramatiques qui ont eu lieu à la frontière entre la Bande de Gaza et Israël ce lundi 14 mai : « C’est le 70ème anniversaire de cette vérité douloureuse : la Terre sainte est devenue la terre où des êtres humains se tuent les uns les autres, […] l'anniversaire de l’année où l’on a commencé à se tuer l'un l'autre en ce pays que Dieu a sanctifié non point pour tuer mais pour permettre à tous de s'aimer l'un l'autre. »

DÉCLARATION SUR GAZA ET JÉRUSALEM
KAIROS-PALESTINE, 15 MAI 2018
  
« Ne sois pas surpris quand tu vois le pauvre écrasé par l’injustice, quand les gens ne respectent ni les lois ni la justice dans le pays. En effet, au-dessus d’un fonctionnaire important, il y a un chef plus important que lui, qui le protège, et tous les deux sont protégés par des chefs plus importants encore. » (Ecclésiaste 5.7 – Trad. Parole de Vie)

Ce lundi 14 mai 2018, à Gaza, 60 personnes ont été tuées et 2771 blessées au milieu des masses de gens qui marchaient désarmés vers leurs villages qu’ils avaient été contraints de quitter. Ils ont été tués de sang-froid et ne menaçaient personne.
Au même moment, l’ambassade américaine était transférée à Jérusalem, en violation du droit international. Le transgresseur est la grande puissance qui devrait inviter les autres à respecter le droit international.
Aussi la situation que nous vivons n’est pas celle d’une fête et de l’inauguration d’une nouvelle ambassade. Nous vivons une situation inhumaine qu’il faut changer.
Le siège de Gaza et de ses deux millions d'habitants qui vivent sur un espace de 380 km² seulement doit être levé. La Cisjordanie doit être libérée et ceux qui y vivent doivent retrouver leur liberté, et une totale égalité doit être assurée entre tous les habitants du pays.
C’est le 70ème anniversaire de la catastrophe survenue pour le peuple palestinien, catastrophe qui a marqué le début de la défiguration de la Terre-Sainte en terre de guerre et de mort. Et notre catastrophe se poursuit.
C’est le 70ème anniversaire de cette vérité douloureuse : la Terre-Sainte est devenue la terre où des êtres humains se tuent les uns les autres. C’est l’anniversaire de la création de l’État d’Israël, l’anniversaire de la catastrophe du peuple palestinien, l’anniversaire du début d'une ère de guerre et de mort en Terre-Sainte.
C’est un anniversaire de mort et non de fête, y compris pour Israël qui continue à craindre et à refuser d’appliquer les résolutions des Nations Unies. Israël continue à avoir peur de la paix et de la marche pacifique de Palestiniens désarmés à Gaza et dans les Territoires occupés, et continue à se sentir obligé d'ordonner à ses soldats de tuer des gens sans armes qui réclament leur liberté.
Nous appelons la communauté internationale à se souvenir de ses propres résolutions et à s’y tenir. Nous appelons les Églises à être la conscience de l’humanité et à entendre le cri des opprimés en Terre-Sainte.
Nous les appelons à condamner les sionistes chrétiens que nous avons vu, ces jours-ci, contredire l’Évangile d’amour et de paix en apportant leurs suffrages à l’oppression et à l’injustice sous prétexte de prophéties, et prendre le parti des puissants de ce monde et de leurs injustices.
Nous pressons la communauté internationale d’assumer ses responsabilités. Nous l’appelons à exercer des pressions et même des sanctions si nécessaire pour contraindre Israël à suivre le chemin de la paix et de la justice, à mettre fin à l’oppression de la population de Gaza et de tout le peuple palestinien, à empêcher que l'on meure en Terre-Sainte, à abandonner ses pratiques d’apartheid et à se conformer au droit international.
Nous appelons les Églises de notre Terre-Sainte et du monde entier à être courageuses et fidèles à leur mission, à prendre leurs responsabilités à l’égard de la Terre-Sainte et de tous ceux qui y vivent, à faire prendre conscience à travers leurs prières de ce qui s'y passe, et à prendre des mesures efficaces en faveur de la justice, de l’égalité et de la paix dans ce pays où se trouvent les racines de leur foi.
Nous appelons notre peuple à rester ferme face à tous les complots et à toutes les intrigues.
Tel est notre appel. C’est le cri de la conscience chrétienne en Terre Sainte, le cri de tous les chrétiens, des dirigeants et des simples fidèles, en cet anniversaire qui est l'anniversaire de l’année où l’on a commencé à se tuer l'un l'autre en ce pays que Dieu a sanctifié non point pour tuer mais pour permettre à tous de s'aimer l'un l'autre.
Traduction Amis de Sabeel France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire