mercredi 31 mars 2010

Message de Pâques 2010 de Sabîl

Le 30 mars 2010

Selon l’Évangile de Jean, Jésus a rendu témoignage de la vérité devant les chefs religieux et politiques, avant sa crucifixion et sa mort. Deux déclarations émergent de cette rencontre : au garde qui le frappe au visage devant le grand-prêtre Anne, Jésus réplique “Si j’ai mal parlé, prouve-le ; et si j’ai bien parlé, pourquoi me bats-tu ?” (18, 23) ; et au gouverneur romain Pilate, Jésus déclare “… si je suis né et si je suis venu dans le monde, c’est pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité entend ma voix (18, 37)
Dans l’histoire du conflit israélo-palestinien, les milieux dirigeants israéliens ont réussi à manipuler la vérité, à déformer les faits et à fabriquer des mythes sur l’origine du conflit et la réalité de la vie sous l’occupation. Israël fait ensuite ingurgiter cette propagande aux gens dans le monde entier. Le mensonge a été vendu pour de la vérité.
Récemment, quelques dirigeants du monde ont réalisé l’étendue de la manipulation israélienne. Se pourrait-il que nous approchions d’un moment décisif du conflit lorsque la vérité, la réalité et les faits sont en train de devenir si évidents qu’il n’est plus possible de les ignorer plus longtemps ? Les fondations de l’injustice et de l’oppression sont ébranlées. C’est le moment pour nous tous de nous dresser pour rendre courageusement témoignage à la vérité et à la justice qui peuvent fonder une paix véritable.
Dans le récit de la ¨Passion, Jésus met au défi ceux qui ignoreraient ou rejetteraient la vérité, et reste ferme dans son témoignage et son engagement pour la vérité. C’est un enseignement important pour nos dirigeants politiques et religieux. C’est également un message pour nous tous qui continuons à témoigner et à faire face à la réalité de l’injustice et de l’oppression de l’occupation israélienne. Dire la vérité au pouvoir, c’est l’héritage qu’ont reçu tous les croyants fidèles.
En ce temps de Pâques, inspiré par notre Christ ressuscité et vivant, prions pour obtenir le courage : le courage de témoigner de la vérité et le courage de travailler à son triomphe dans la fin de l’occupation et l’établissement d’une paix juste pour tous les gens de notre terre.
La vérité nous rendra libres.

Joyeuses Pâques à tous,
Naim Ateek, directeur du Centre Sabîl, à Jérusalem

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire