mardi 22 novembre 2016

Sabeel - Message de Noël 2016



Chers amis,
Noël est un temps de joie. Au milieu des peines et des difficultés de la vie quotidienne, l’esprit de Noël nous est nécessaire, la bonne nouvelle et la joie de Noël aussi. La naissance de Jésus nous apporte joie et espérance, “Il vous est né… un sauveur, qui est le Messie, le Seigneur.” Noël nous revigore et nous renouvelle pour nous permettre d’affronter les difficultés de la vie de tous les jours.
Pourtant le récit de Noël est plein de traumatismes et de tragédies. La beauté et l’innocence du Christ coexiste avec l’égoïsme et la cruauté d’Hérode et la dureté de cœur des gens de pouvoir.
En réfléchissant aujourd’hui à l’histoire de Noël, quelles sont quelques-unes des leçons pertinentes que nous pouvons  en tirer ?
D’abord : Le recensement décrété par l’empereur Auguste obligeait les gens à s’inscrire dans leurs propres villes. Les Césars et les empereurs imposent des lois qui bouleversent et même détruisent la vie des gens. Pour Joseph et Marie, ils ont du voyager de Nazareth à Bethléem pour aller s’inscrire, une distance de plus de 170 kilomètres. Ce n’était pas facile.
Beaucoup de Palestiniens, en raison de lois et de règlement injustes imposés par le gouvernement d’Israël doivent en payer le prix, en faire les frais, et en souffrir les graves conséquences. Ceux qui édictent des lois contre les occupés sont assis confortablement dans leurs bureaux et ne se préoccupent pas des conséquences de leurs actes sur le pauvre et l’opprimé. Dans le conflit sur la Palestine, il n’y a pas eu que les dirigeants sionistes et les représentants de l’État à prendre des décisions dont l’impact a été négatif sur notre peuple palestinien ; les dirigeants chrétiens du monde occidental ont même joué un rôle bien plus important dans la destruction de la Palestine et de sa population par leurs décisions scandaleuses et immorales : la déclaration Balfour et l’accord Sykes-Picot, ainsi que le Plan de Partage de 1947 pour n’en citer que quelques-unes. Ces décisions ont été prises par des étrangers mais elles ont bouleversé définitivement la vie des Palestiniens.
Ensuite : Qu’est-ce qui fait peur aux rois, aux présidents et aux premiers ministres ? Dans le récit de Noël, le roi Hérode eut peur lorsqu’il entendit parler de la naissance d’un enfant-roi. “Lorsque le roi Hérode entendit cela, il eut peur” (Matt. 2, 3). Les gens au pouvoir sont menacés par tout ce qu’ils perçoivent comme une menace à leur pouvoir, leurs intérêts et leur idéologie. Cela peut les conduire à agir avec violence et cruauté contre les autres. Ils peuvent recourir à des solutions extrêmes pour échapper aux menaces. C’est ainsi qu’Hérode a réagi . Il a tué les enfants de Bethléem pour éliminer la menace. En 1991, les puissances occidentales sont entrées en guerre contre l’Irak et ont éliminé des millions de personnes pour éliminer ce qu’elles considéraient comme une menace pour elles et pour Israël. Le Mossad, le service de renseignement d’Israël, a assassiné beaucoup de Palestiniens parce qu’il les considérait comme des menaces. C’est ainsi qu’agit l’empire. C’est ainsi qu’agissent les détenteurs du pouvoir. Ils ne voient pas devant eux des êtres humains – familles et enfants – ils ne voient que des obstacles qu’il faut supprimer.
Enfin : Ce n’est pas la façon d’agir de Dieu. Face à la puissance oppressive, militaire et économique, de l’empire, Dieu a le souci du pauvre et de l’opprimé. Le message de Noël est toujours “Bonne Nouvelle pour tout le monde”. Tandis que les puissances prennent des décrets pour opprimer et déshumaniser les autres, c’est Dieu qui est à l’œuvre pour leur salut et leur libération. “N’ayez pas peur”, disait l’ange. “Dieu est avec nous”. Je vous envoie un sauveur, un libérateur. Ces paroles ont été adressées à des gens sous occupation, qui aspiraient à la liberté et à la libération. Ce message vaut encore pour notre peuple aujourd’hui. Dieu est à l’œuvre par notre intermédiaire pour rendre témoignage à la vérité, pour prendre position contre le mal de l’occupation et de l’oppression. Notre espérance n’est pas dans le pouvoir des “Hérodes” et des “Césars”, elle est dans l’enfant “enveloppé de langes et couché dans une mangeoire”. Elle n’est pas dans la puissance de la force militaire, elle est dans la puissance de l’amour et de la non-violence. Elle ne passe pas par l’oppression des autres et la négation de leurs droits. Elle nous conduit à rendre gloire à Dieu et à pratiquer la justice à l’égard de notre prochain. C’est le chemin de la paix et de la sécurité pour tous les gens de notre pays.
Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes et aux femmes de bonne volonté.
Sabeel vous souhaite à tous un joyeux Noël et une heureuse année nouvelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire