samedi 12 décembre 2009

Azzam Berlanty, le 9 décembre

De Amira Hass, correspondante du journal israélien Haaretz : rubrique Moyen Orient, nouvelles israéliennes.
La haute Cour de justice a décidé mercredi 9 décembre de refuser à une étudiante palestinienne citoyenne de Gaza, étudiante à Bethléem, de terminer ses études pour l’obtention d’un diplôme universitaire en Cisjordanie. Berlanty Azzam, 22 ans, a résidé en Cisjordanie depuis 2005 et n’a plus que deux mois d’études à faire pour obtenir son diplôme de gestion des entreprises, mais, fin octobre, les autorités israéliennes l’ont expulsée à Gaza en prétendant qu’elle séjournait illégalement en Cisjordanie. Azzam a protesté contre son expulsion, assistée par Gisha, une association juridique israélienne pour la liberté de déplacement, mais la Haute Cour a accepté la décision de l’Autorité israélienne de refuser à Azzam l’entrée en Cisjordanie pour y poursuivre ses études. Les autorités n’invoquent aucune accusation relative à la sécurité à l’encontre d’Azzam. Concernant la déclaration qu’elle était une étrangère en situation illégale en Cisjordanie, l’association Gisha a déclaré qu’elle était venue dans la région de façon légale, avec un permis d’entrée en Israël qui lui avait été délivré par le commandement local de l’armée israélienne, après un contrôle de sécurité minutieux. La Haute Cour a admis la prétention d’Israël que Azzam était entrée illégalement en Cisjordanie, du fait que le permis l’autorisait à entrer à Jérusalem, non en Cisjordanie. Pendant les 4 années où elle a vécu et étudié en Cisjordanie, Azzam a effectué plusieurs demandes de changement d’adresse de Gaza à Bethléem. D’après les accords d’Oslo, l’Autorité Palestinienne a le pouvoir de modifier l’adresse de ses citoyens sur leurs cartes d’identité, avec la simple obligation d’en informer les autorités israéliennes. Mais depuis la conclusion de l’accord, Israël a refusé d’accepter que l’Autorité Palestinienne change une adresse de Gaza pour la Cisjordanie et a conservé un monopole concernant l’acceptation ou le refus d’une demande de changement d’adresse. Depuis l’année 2000, Israël a aussi refusé de permettre aux résidents de Gaza d’étudier en Cisjordanie. On estime qu’il y a actuellement plus de 25.000 Palestiniens natifs de Gaza qui vivent en Cisjordanie et qui tous se sont vus refuser de changer leur adresse sur leur papiers d’identité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire