mercredi 23 décembre 2009

MESSAGE DE NOËL 2009 DU CENTRE SABÎL

Le Message de la Crèche

« Ce sera un signe pour vous : Vous trouverez un enfant enveloppé dans des linges, et couché dans une crèche ». Et soudain, il y eut autour de l’ange la multitude céleste, louant Dieu en ces mots: « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur le terre pour ceux que Dieu aime. » (Luc 2/12-14)

Tel fut, dans le récit de Noël, le signe donné pour trouver l’enfant-Messie : Il serait enveloppé de linges et couché dans une crèche. Trois messages importants nous sont adressés à partir de cette crèche :

1- En Christ, Dieu devient accessible. Jésus-Christ est né dans une crèche (mangeoire), et il rend Dieu approchable, atteignable, à la portée de tout le monde. C’est là le grand signe de l’amour de Dieu.
2- La crèche est aussi le signe que ce Messie est d’une espèce particulière. Le signe visiblement paradoxal que le Christ soit couché dans une crèche ne convient pas bien à la naissance du grand chef que l’on attendait, de la lignée et de la descendance du grand ancêtre David. La crèche évoque la docilité, l’humilité, l’amour qui se donne, et la non-violence.
3- Le Christ de la crèche apporte la paix par la justice et non par la violence. L’évangile de Luc utilise des titres que tout le monde attribuait à l’empereur César – libérateur, sauveur, seigneur et dieu – et il les applique à Jésus-Christ. Le contraste entre les deux figures est énorme à vues humaines. Pour la communauté chrétienne primitive, comme pour nous, Jésus-Christ est l’authentique Sauveur et Seigneur. César avait apporté la paix par des moyens militaires très coûteux en termes de vies humaines et de biens matériels. Et une telle paix est toujours précaire. Le Christ peut apporter une paix de justice et d’amour qui est, elle, solide et durable quand on la met en œuvre, et quand on la pratique. C’est ce dont il s’agit avec la foi chrétienne, et c’est pourquoi, depuis le Christ jusqu’à nos jours, nombreux sont ceux qui ont osé défier des Césars.

La lecture du récit de Noël avec des yeux palestiniens, et à la lumière de notre expérience quotidienne, est révélatrice. Nous vivons dans l’ombre d’un empire dont l’Etat d’Israël moderne fait partie. Il est facile pour les palestiniens de rapprocher leur situation d’oppression, sous l’occupation israélienne, de ce que les gens du temps de Jésus vivaient sous l’occupation sauvage des Romains, dans une oppression et une humiliation quotidiennes.

L’Empire parle toujours de paix, mais sa paix est fausse et temporaire. Sa paix est imposée. Elle est le prolongement de l’oppression de sa puissance militaire. Elle ne peut pas durer parce qu’elle est bâtie sur l’injustice. Le discours israélien sur la paix est un mirage qui va bientôt disparaître. Tout le monde est frappé par la criarde réalité de l’injustice, de la violence et de l’humiliation. On ne peut pas se fier à une telle paix.

La paix du Christ est bâtie sur la justice, et elle s’acquiert par la non violence et par l’amour. On peut s’y fier. Aussi, l’occupation injuste et illégale doit prendre fin. Faire justice aux palestiniens, c’est garantir la réalisation d’une paix juste. Au moment de Noël, nous avons besoin de nous enraciner dans la libération apportée par le Christ, et de progresser sur le chemin de la paix par la justice et la non violence.

Le Centre Sabîl souhaite à tous ses amis un Joyeux Noël, et une Heureuse Nouvelle Année.
Puisse le message de la crèche inspirer nos activités tout au long de l’année venir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire